NIDAVELLIR : des nains, des pièces et des tavernes

NIDAVELLIR c’est le nom du royaume des nains dans la mythologie Nordique. Le Roi a demandé à ses plus grands généraux les Elvalands, dont vous faites parti, de réunir la meilleure armée possible pour anéantir une bonne fois pour toutes la menace qui pèse sur leur monde, j’ai nommé : Fafnir le dragon !

En bons nains qui se respectent, tout commence évidemment autour d’une chope ! C’est dans trois prestigieuses auberges que vous recruterez des soldats suffisamment braves pour partir à la guerre…

 C’est pas la taille qui compte

De prime abord, la boîte a un format relativement standard. Et pourtant, la qualité de production de l’ensemble du jeu est très bonne. Les cartes sont belles ; les pièces, gemmes et enseignes de taverne en cartons sont très lisibles, solides et collent parfaitement au thème. Le trésor à monter fait son petit effet et rend l’échange de pièces super pratique. Les porte-cartes permettent d’identifier rapidement chaque héros ou distinction tout en minimisant la superficie de table nécessaire au jeu.

On trouve deux livrets de règles, un en français l’autre en anglais dans la boîte. Le jeu est entièrement indépendant de la langue des joueurs. Une pratique presque standard chez GRRRE Games et que je trouve particulièrement judicieuse.

Ma jolie collection de nains

NIDAVELLIR c’est avant tout un jeu de collection de plusieurs classes de nains. Ils possèdent un grade et des points de bravoure. La valeur de chaque classe rapporte des points de victoire selon des barèmes différents. 

On trouve donc :

  •  Les chasseurs, dont la valeur est égale au nombre de grades au carré.
  •  Les forgerons, dont la valeur est une suite mathématique : plus ils sont nombreux, plus ils marquent de points.
  • Les mineurs, dont la valeur est égale à la somme de leurs points de bravoure multipliée par le nombre de grades.
  • Les explorateurs, dont la valeur est tout simplement égale à la somme de leurs points de bravoure.
  • Et enfin les guerriers (utiles pour combattre un dragon), dont la valeur est égale à la somme de leurs points de bravoure. Un bonus conséquent est offert au joueur ayant la majorité de grades : la valeur de sa plus haute pièce !

Si vous êtes déjà perdus ou que vous n’aimez pas les maths, AUCUN PROBLÈME ! Le petit plateau de chaque joueur affiche clairement les points pour les chasseurs et les forgerons. Vous pouvez donc facilement vous référez à la ligne en face de vos cartes. Une application mobile (iOS et Android) aux petits oignons permet de déterminer les scores de chaque joueur en quelques secondes… Merci GRRRE !

Nains désirables

Pour ajouter de nouvelles recrues à son armée, chacun aura misé secrètement une de ses précieuses pièces par taverne. Les joueurs révèlent leurs mises simultanément à chaque tour. C’est la valeur des pièces qui indique l’ordre dans lequel ils pourront choisir leur nouvelle carte.
Quelle taverne vous intéresse le plus et combien êtes-vous prêt à mettre pour choisir en premier ? Cette pièce sera-t-elle suffisante ? Recruterez-vous les meilleurs nains au nez et à la barbe de vos adversaires ?

Un système intelligent de gemme permet de résoudre les éventuelles égalités. Celui ou celle avec la gemme la plus forte choisit en premier, mais doit ensuite l’échanger avec l’autre joueur. Les égalités ne sont donc jamais dans le même ordre. Elles se révèlent même parfois une bonne chose pour un tour ultérieur…

« Si tu frottes deux pièces ensembles suffisamment fort, elles valent plus » – proverbe nain

Le roi n’est pas dupe, il sait que les plus valeureux nains ne se battront pas pour de simples piécettes… Il a donc généreusement mis le trésor royal à votre disposition. 

Les 5 pièces de départ sont identiques pour tout le monde. Une vaut 0 mais permet d’obtenir immédiatement une pièce du trésor d’une valeur égale à la somme des deux pièces restées dans votre bourse. C’est la plus forte des deux qui se voit remplacée.

Sachant que le total de vos pièces compte pour votre score, ce système innovant de « coin-building » n’est pas à négliger. Il faudra en jouer habilement pour conserver l’avantage au fil des enchères. Ce puzzle prend d’autant plus d’importance si vous cherchez la majorité des guerriers. La valeur de votre plus haute pièce pouvant faire la différence en fin de partie !

Un fort potentiel à points donc, si tant est que vous vous contentiez des nains « restants » de temps à autre…

En long, en large et en tavernes

Nidavellir offre un nombre important de récompenses peu importe votre style de jeu. C’est l’une de ses plus grandes forces !

Avoir plus de nains d’une même classe (en colonne) vous rapporte généralement plus de points pour cette classe. En milieu de partie, l’Elvaland majoritaire de chaque classe se voit octroyer un bonus. Cela peut absolument changer la donne lors de la deuxième vague de recrutement…

Vous avez misé la même pièce qu’un autre joueur ? Le Joaillier de la Couronne (majorité de mineurs) obtient une gemme plus forte que toutes les autres. Sans jamais devoir l’échanger !

Vous aimez bien les épées et les haches ? La Grande armurière du Roi (majorité de forgerons) vous donne une carte naine supplémentaires avec deux grades !

Vous êtes du genre prudent et préférez tâter le terrain avant d’attaquer ? La carte distinction Pionnier du Royaume (majorité d’explorateurs) est pour vous. Elle permet d’appliquer instantanément les effets d’une carte de l’âge 2 parmi trois au choix !

Les joueurs préférant mettre en avant la diversité de leur armée seront aussi très largement récompensés.

Pour chaque ligne complète (un grade de chaque classe) un nain ou une naine légendaire viendra combattre à vos côtés ! Vous aurez donc le choix d’ajouter des héros « neutres » avec des effets diverses et variés. Ou des héros d’une classe existante, vous permettant de prendre l’ascendant sur vos adversaires.

Rien de plus gratifiant que de réaliser un combo en cascade en complétant plusieurs lignes de grades d’affilées… 

Des nains compétents !

Nidavellir est un jeu d’un rare équilibre. Ni trop long ni trop court. Facile à apprendre et à enseigner mais qui challengera quand même les joueurs les plus avisés. Une multitude de choix à chaque tour, mais qui ne nécessite pas de trop longs moments de réflexion. Il est facile de juger la situation des autres joueurs d’un coup d’œil, mais sans pouvoir totalement prédire leur prochaine action. On peut aisément compter les points et pourtant vivre un retournement de situation en fin de partie. C’est un jeu d’apparence assez solitaire, mais qui provoque des affrontements entre joueurs sans qu’ils s’y attendent… 

L’art de Jean Marie Minguez est superbe et terriblement efficace. Les mécaniques, notamment le coin building, apportent de la fraîcheur et un soupçon de complexité à un jeu de collections. Le rendant parfaitement accessible en famille et pour joueur de tout niveau. On n’est jamais vraiment déçus des choix faits, et chaque stratégie est satisfaisante à entreprendre. Ce qui implique une rejouabilité excellente avec des scores de plus en plus serrés. Qui déclenchent souvent des « on fait la revanche ! » ou « une petite dernière ? ».

Lorsqu’on ajoute à tout ça une répartition parfaitement équitable de personnages masculins et féminins et un livret de règle en écriture inclusive, on comprend la qualité et le soin apporté à ce jeu et le souci de modernité que GRRRE Games souhaite insuffler à ses produits.

NIDAVELLIR est à la hauteur des plus grands classiques. Et on espère vraiment qu’il se fasse mieux connaître pour atteindre la place qu’il mérite au panthéon des meilleurs jeux.

Fiche technique NIDAVELLIR

  • Editeur : GRRRE Games
  • Nombre de joueurs : 2 à 5
  • Durée : 45 min
  • Auteur : Serge Laget
  • Illustrateur : Jean-Marie Minguez

Pour en savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.